mardi 28 février 2012

lundi 27 février 2012

Chouette partie de pétanques.

"Pourquoi avez-vous besoin d’un dieu?
Je ne comprends pas.
Pourquoi avez-vous besoin d’un président?
Je ne comprends pas.
Pourquoi de  pourquoi de pourquoi?
Vous toujours fuir vous-même?

Soyez responsable pour vous-même dans toutes les événements de votre vie.
Soyez honnêtes avec vous-même.
Cessez d’avoir peur de la mort.
Soyez cool avec vous-même,
Vous le serez sans doute avec les autres
Arrêtez de nous faire suer avec vos états d’âme et vos conneries.
Le moins est toujours synonyme de mieux.
Quand vous serez OK,
Dites-le-moi, on se paiera une chouette partie de pétanques.
Alors, enfin, nous pourrons tous respirer".

Entendu ce matin, sous la branche d’un arbre près de Penn Station.

mardi 21 février 2012

L'air du Canada - 2

Après sept heures de vol
Et 80% de bol,
Entre deux films et un petit caca
L’avion, ainsi qu’une tomate farcie
Finalement embrassa la terre chérie
Le rêve de tous les coa-coas.

Na minha rua, dit le Pierre
En évoquant son Canada, sa terre
Y’a pas de pierre, ni de cailloux
Ni de poux
Ni de fous
Ni de mous
Ni de cous
Ni de sous
Ni d’écrous
Ni de prous
Ni de froufrous
Ni de trous
Cela dit, faut pas déconner
On peut quand même se payer
Une bonne meute de loups !
Avant la nuit
Chacun fait son p’tit nid.
Avant d’aller faire xixi.
La neige du Labrador
Ça se sculpte au cure-dent
Et ça vaut de l’or
Contre la tempête des vents.
Ah ! Si j’étais au Cirque Bouglione,
Où bien mieux à Lisbonne,
Au parc Mayer, mes loulous
Vot’ ticket,
Vous le payerez cher et pas qu’un sou,
Avant le big banquet.

Saudade só existe em Portuguêche.
Ça n’m’empêche pas d’aller à la pêche !
De sa poche Pierre sort sa guitare,      
Celle au son barbare.
Et puis il joue,
Pour tous les loulous.
Une couillonnade
Une grosse salade.
Un truc pas bien
Qui lui fait du bien.
Les loups, malades comme un chien,
Lâchent prise,

Et rentrent à la remise.


Pierre est heureux.
Le ciel est bleu.
On ne peut pas dire qu’il pleut      
Et c’est tant mieux !








vendredi 17 février 2012

O bar Aleixo



Aqui estamos nós com os/as amigos/as.
No Bar Aleixo.

L'air du Canada - 1

Pierre est reparti,
Au Canada, à Montréal.
Il laisse à Lisboa,
À la station Marquês de Pombal
Trois filles en pleurs.
Ana, Fátima et la petite Maria.
Un sale coup d’artiste migrateur,
Qui se trouve être un mauvais parti.

Elles se disent:
“Qu’il ai envie d’une veste en phoque
Personne ne s’en moque
Les loups louent son courage,
Et lui font tout un fromage,
Parce qu’il préfère la neige battue
Plutot que nos poils du …
Pierre est donc reparti
Nous ne sommes pas vernies.
Oxala, qu’il revienne plus sage
Sur les bords du Tage
Nous offrir des slips de Castor
Qu’il aura chassé au Labrador




Caldeira du Volcan - Volcan 3 couleurs - Volcan Sthendal